Actu Stars
A la Une

Bécaye Mbaye interpelle le président du CNG : « On veut une alternance » !

Bécaye Mbaye: «
Pendant combien de temps va résister le président du comité de gestion de la lutte (CNG), Alioune Sarr ? La question est d’autant plus légitime que depuis plusieurs années déjà, de nombreuses critiques plus ou moins officielles convergent vers l’éternel patron de cette structure qui règne et gouverne depuis 1994. Ces dernières heures surtout, avec la mesure de radiation à vie infligée par le célèbre arbitre Sitor Ndour, les choses semblent se corser davantage pour le Dr Alioune Sarr. Les réactions fusent de partout. Et, l’une des dernières, porte la signature du très respecté chroniqueur Bécaye Mbaye qui, comme bien d’autres acteurs du sport de chez nous, réclame le départ du « protégé » du ministre des Sports. Pour Bécaye Mbaye en effet, « Alioune Sarr doit laisser la place aux autres ». Pour Bécaye Mbaye qui pense que « 25 ans de service, ça suffit », « si Alioune Sarr veut rester encore à la tête du CNG, c’est tout simplement son souhait. Mais, ce n’est pas à lui de décider ».
A entendre l’ancien animateur de Bantamba, le vote déterminera tout et, de nombreuses personnes « peuvent diriger le CNG, qui n’arrive pas à régler les problèmes de la lutte ». Pour Bécaye Mbaye, Alioune Sarr ne devrait pas dire qu’il ne va pas quitter, « même s’il aime le CNG ». « Nous savons tous qu’il aime la lutte, mais c’est le moment de quitter son poste. Il reste une bonne personne mais d’autres savent aussi diriger. On veut une alternance », plaide Bécaye Mbaye.
Plus catégorique que Bécaye Mbaye, Gris Bordeaux qui n’apprécie pas la radiation à vie de Sitor Ndour évoque une « dictature » au sein du CNG. Un constat qui amène le troisième « Tigre de Fass » à suggérer une dissolution de la structure chargée de la discipline au sein du CNG. « Il est temps de dissoudre le comité de discipline du CNG ou bien faire partir Alioune Sarr. Avec la complicité du ministre Sports Matar Bâ, une telle décision n’est pas bonne pour la lutte sénégalaise », estime Gris Bordeaux qui, ajoute sur sa page Facebook : « Radier une personne qui demande de meilleures conditions de travail, est une erreur monumentale. Il faut privilégier le dialogue et les compromis de part et d’autre, afin de trouver un terrain d’entente pour le bien du monde de la lutte ».

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page